Pourquoi les habitants de Nil-Saint-Vincent disent

NON A MAHARISHI !

(Cliquer sur les photos pour les agrandir)

Le mouvement de « Méditation transcendantale » Maharishi, lancé il y a 50 ans par le gourou d’origine indienne Maharishi Mahesh Yogi, n’est pas uniquement un mouvement spirituel ou religieux. Au départ de sa doctrine, il entend influencer les différentes facettes de la vie individuelle et collective. En outre, sous le couvert de l’aide qu’il prétend apporter au Tiers Monde, il est avant tout une gigantesque puissance commerciale et financière.

Les informations proposées ici se limitent à quelques aspects du projet de société de Maharishi. Elles permettront au minimum de mieux comprendre pourquoi les habitants de Nil-Saint-Vincent refusent toute forme d’implantation de cette organisation dans le village. Pour les compléter, on peut recourir aux différents sites renseignés ou prendre contact avec Chantal Lenders (010/65.70.62) ou André Vanderborght (010.65.88.16).

UN PROJET POLITIQUE ET ÉDUCATIF INQUIÉTANT

I. Haro sur la démocratie et les grandes institutions internationales

L’organisation Maharishi dénonce régulièrement ce qu’elle présente comme l’incapacité des partis politiques traditionnels et des gouvernements démocratiques à apporter des réponses satisfaisantes aux grands problèmes auxquels sont confrontées aujourd’hui les sociétés occidentales : menaces sur l’environnement, maladie, conflits sociaux, chômage, insécurité, criminalité…

Au début des années 90, le mouvement se lance activement dans l’arène politique par le biais d’un nouveau venu sur l’échiquier : le « Parti de la Loi Naturelle ». A cette époque, Maharishi ne cache pas son ambition d’accéder au pouvoir par la voie des urnes. En France par exemple, le « Parti de la Loi Naturelle » présente des candidats à différents scrutins électoraux. Mais là comme ailleurs, le succès n’est guère au rendez-vous. Aussi, au début des années 2000, ces partis renoncent à participer aux élections. C’est le moment où Benoît Frappé, président du « Parti de la Loi naturelle » en France, proclame : « Le système démocratique est un attrape-nigaud et le processus électoral est une supercherie ». Plutôt que de persévérer dans leur prétention à réformer le système de l’intérieur, les partis se réclamant de Maharishi s’engagent désormais dans la voie qui consiste à le rejeter.

La critique souvent acerbe des grandes institutions internationales constitue une autre caractéristique du mouvement. Selon lui, aucune d’entre elles n’est capable d’apporter une contribution efficace aux grands défis mondiaux et en particulier à celui des tensions internationales et des conflits armés. Ainsi, en 2000, le « Parti de la Loi Naturelle » lance une vaste campagne prônant la dissolution pure et simple de l’OTAN qu’il accuse d’utiliser, là où ses soldats sont en mission, « des méthodes dignes du terrorisme ».

II. La solution miracle : la primauté de la « Loi Naturelle Totale »

A en croire la propagande distillée par Maharishi, seule la « Loi Naturelle Totale » est susceptible d’apporter des réponses efficaces aux grands défis qui se posent, tant au niveau national que sur le plan international. Elle seule peut gouverner « la diversité infinie de l’univers avec un ordre parfait ». Et comme toute idéologie qui s’appuie sur la référence à la loi naturelle (« totale » de surcroît), celle développée par Maharishi entend consacrer le triomphe d’une élite. Dès 1975, on peut lire dans la revue de la Maharishi International University (U.S.A.) : « Il n’y a pas de place pour les faibles et il ne peut y en avoir. Ce sont les forts qui doivent conduire et si les faibles ne suivent pas, il ne saurait y avoir de place pour eux. (…) Les ignorants doivent se laisser illuminer par l’élite des sages. Dans la nature elle-même, les faibles disparaissent. La non-existence des faibles est une loi de la nature » Des propos qui se passent évidemment de commentaires.

Le moyen le plus approprié pour assurer le triomphe de la « Loi Naturelle Totale » : la Méditation transcendantale. C’est elle qui doit permettre à chaque individu d’atteindre l’équilibre, l’harmonie, la paix. Mais si chaque adepte peut se livrer individuellement à cette technique, des  « experts »  sont indispensables pour en garantir à la collectivité tous les bienfaits annoncés. Seuls ces experts, sorte de professionnels de la Méditation transcendantale et du vol yogique, seraient aptes à créer une « cohérence nationale », à faire reculer de manière significative les fléaux qui gangrènent la société et à assurer « l’invincibilité de la nation ». Seuls aussi, la Méditation transcendantale et le vol yogique, pratiqués à grande échelle, seraient capables d’empêcher les conflits armés ou d’y mettre fin et de garantir la paix et l’harmonie universelles.

Dans la perspective de rendre possible la concrétisation de cet ambitieux programme, l’organisation a mis en place à Genève un « Gouvernement mondial de la paix », supposé diriger le « Pays mondial de la paix ». Ce véritable Etat dans l’Etat que constitue le « Gouvernement mondial de la paix » compte plusieurs ministres, dont celui de la « santé et de l’immortalité ». Dans chaque pays où Maharishi est bien implantée, un raja (roi) assure la cohérence des initiatives, en relation étroite avec le gourou fondateur, Maharishi Mahesh Yogi, établi à Vlodrop (Pays-Bas).

III. Jeunesse, lève-toi !

Maharishi porte une attention toute particulière à la formation de la jeunesse. Aux Etats-Unis, plus spécialement dans l’Iowa, l’organisation a mis en place un réseau d’enseignement qui intègre dans son programme la pratique de la MT. En Europe par contre, les tentatives faites dans ce sens n’ont guère rencontré de succès jusqu’ici. Mais tout donne à penser que Maharishi y a engagé désormais une vaste offensive de prosélytisme en direction de la jeunesse.

Fin 2005, le raja Felix a lancé en Suisse une grande campagne pour tenter de recruter « 300 jeunes gens pleins de vitalité et d’ambition ». A en croire les encarts publicitaires publiés dans plusieurs journaux helvétiques, ces jeunes, instruits durant un an « à la science et technologie de la Loi Naturelle Totale », se verraient confier au terme de leur formation « un rôle de direction dans le service administratif du Pays mondial de la Paix ». Et le raja de Suisse de proclamer : « Je veux que la jeunesse de mon pays s’élève pour guider le monde rempli de problèmes vers la paix, la prospérité et le bonheur ».

En Belgique, les initiatives prises par Maharishi en direction de la jeunesse ont été pendant longtemps relativement peu spectaculaires. Tout indique cependant qu’elles sont aujourd’hui bien réelles. Deux exemples récents en témoignent coup sur coup. Au lendemain des dernières vacances de Pâques, un mystérieux « Comité pour des écoles libres de stress » basé à Anvers, lance une campagne de publicité auprès de certaines directions d’écoles et via son site web. Selon lui, la Méditation transcendantale intégrée dans le programme des cours permettrait de résoudre tous les problèmes auxquels est confronté l’enseignement : « résultats scolaires médiocres, anxiété, dépression, abus de drogues, violence et épuisement des enseignants ». Quelques jours plus tard, soit le 24 avril, le quotidien De Morgen offre une tribune inespérée au responsable de Maharishi en Belgique. Sans que le journal ne prenne la moindre distance critique par rapport à son propos, celui-ci développe longuement les soi-disant bienfaits, vérifiés « scientifiquement » aux Etats-Unis selon lui, du recours à la Méditation transcendantale en milieu scolaire. Tout en suggérant aux directeurs d’écoles d’en faire l’expérience dans leur établissement, il annonce que Maharishi a l’intention d’ouvrir prochainement à Woluwé-Saint-Lambert une école où serait enseignée la Méditation transcendantale. En précisant d’ailleurs que cette école viserait plus particulièrement les jeunes qui, au terme de leurs études secondaires, éprouveraient des difficultés à se choisir une voie. A remarquer toutefois que le président du « Comité pour des écoles libres de stress » se garde bien de rappeler tout ce qui sous-tend par ailleurs le mouvement de Méditation transcendantale. Pour lui, l’essentiel semble être de trouver la brèche qui permettra à Maharishi de s’infiltrer dans le milieu scolaire. Quant à l’efficacité de la Méditation transcendantale sur le plan psychologique et pédagogique, elle est très loin de faire l’unanimité des spécialistes. Bien d’autres méthodes ont fait leurs preuves lorsqu’il s’agit par exemple d’apprendre à gérer le stress, et elles sont souvent moins coûteuses et présentent moins de risques. Autant le savoir !

IV. Pour en savoir plus : quelques sites à consulter

1. Sites mis en ligne par Maharishi :

  1. - L’apologie de la Méditation transcendantale : http://www.mt-maharishi.com/indexframes.html
  2. - Site du « Parti de la Loi naturelle » (France) :  http://members.aol.com/partiloina/
  3. - Le programme d’« invincibilité de la nation » (Suisse) : http://www.suisseinvincible.ch/
  4. - Un « Palais de la Paix pour Genève » :  http://www.mt-geneve.ch/Nouvelles3.htm
  5. - L’enseignement (Etats-Unis) : http://www.maharishischooliowa.org
  6. - Le « Comité pour des écoles libres de stress »(Belgique) : http://www.stressfreeschools.be

2. Pour une approche critique :

  1. - Sous l’angle religieux, politique et financier : http://www.prevensectes.com/mt1.htm

URBANISME ET ARCHITECTURE : DU NEUF A TOUT PRIX

I. Quelques grands principes

Selon Maharishi, tout projet urbanistique -spécialement en ce qui concerne l’habitat- doit impérativement répondre à un certain nombre de principes hérités de la science védique pour être en harmonie avec la « Loi de la Nature » et contribuer ainsi au bonheur des hommes.

Parmi ces principes, celui qui veut que toute habitation soit rigoureusement alignée sur les points cardinaux. Idéalement, l’accès en sera situé à l’est pour permettre l’entrée dans la maison de l’énergie du soleil levant, gage de dynamisme, de réussite et de bonne santé. Aménagé à l’ouest, cet accès s’ouvrirait au contraire au soleil couchant, donc à ce qui s’éteint, à la maladie et à la mort. A proscrire également, l’ouverture au sud d’où ne peut que surgir l’énergie destructrice, source de querelles et d’échecs.

En architecture védique, les proportions exigent elles aussi une attention particulière. Celles de l’habitation proprement dite, mais également celles qui en régissent l’espace intérieur. Inutile de donner libre cours à son imagination, à sa fantaisie : il s’agit de respecter scrupuleusement un certain nombre de règles strictes au niveau de la hauteur des étages, des proportions des pièces les unes par rapport aux autres afin de permettre à chaque occupant d’aligner son quotidien avec la vie cosmique.

II. Projets et réalisations

Relativement bien implanté aux Etats-Unis, le mouvement de Méditation transcendantale a réussi à y concrétiser quelques projets urbanistiques. En Europe par contre, les échecs l’emportent de loin sur les succès. Ici, à l’exception notable de Vlodrop (Pays-Bas), Maharishi n’a guère pu faire mieux que d’élire domicile dans des constructions préexistantes, fussent-elles ou non conformes aux principes de l’architecture védique.

En Suisse, le raja Félix n’a pas hésité à suggérer en 2005 de raser Genève pour la reconstruire entièrement selon les normes védiques. Il est vrai que précédemment déjà, des projets similaires avaient été avancés pour Paris et New-York. Mais à voir la nouvelle Genève telle que l’imaginent les architectes-penseurs de Maharishi, celle-ci ne serait plus qu’un long rectangle divisé en petits carrés, séparés les uns des autres par des rues parfaitement rectilignes. Inutile de préciser ce qu’il adviendrait des bâtiments historiques si les Genevois venaient à adhérer à pareil projet. Mais dans un contexte où ceux-ci ne semblent guère disposés à se rallier aux principes de la science védique, le raja et ses adeptes risquent fort de devoir se satisfaire longtemps encore de constructions « peu propices à la santé et au bien-être ». C’est que ces principes proclamés à tous vents valent bien quelques entorses lorsqu’il s’agit d’être présent dans la capitale financière du pays.

Loin de concentrer son appétit sur le cœur des grandes cités, le mouvement Maharishi lorgne volontiers aussi du côté des campagnes. A différentes reprises déjà, il a tenté de jeter son dévolu sur plusieurs hectares de terres. Toutefois, en particulier dans le canton du Jura, il s’est trouvé confronté à de fortes résistances. De la part de certains propriétaires privés, mais également de la part de bon nombre d’autorités locales lorsque les terres convoitées appartenaient au domaine public. Mieux, à Delémont, ces autorités n’ont pas hésité à faire valoir le caractère sectaire du mouvement pour manifester leur hostilité à toute forme de présence de Maharishi sur le territoire de la commune.

Plus près de nous, aux Pays-Bas, Maharishi a apporté la preuve de son absence totale de scrupules lorsqu’il s’agit du patrimoine hérité du passé. Après avoir acquis en 1985 un imposant couvent franciscain à Vlodrop (Limbourg), l’organisation ne tarde pas à en entreprendre la démolition avant que celle-ci ne soit arrêtée à la faveur d’une réaction énergique de certains citoyens. En 1996, ceux-ci enregistrent même une victoire plus importante encore : ils obtiennent le classement du bâtiment au rang de monument historique. Pour autant, les injonctions répétées faites à Maharishi d’en assurer la restauration restent lettre morte, ce qui permet inévitablement au temps de poursuivre son œuvre destructrice. Parallèlement, séduites sans doute par les promesses d’hypothétiques retombées économiques pour la localité, les autorités communales n’hésitent pas à donner leur aval à la construction de plusieurs bâtiments sur le terrain situé autour du couvent. Aujourd’hui s’y dressent, aux côtés du couvent quasiment à l’état de ruines, l’impressionnant palais du gourou Maharishi Mahesh Yogi et un vaste complexe d’habitations

destinées à héberger les rajas, les ministres et les membres de leur famille. En outre, des logements provisoires de type préfabriqué et des tentes y servent à abriter les adeptes venus à Vlodrop pour s’initier à la technique avancée du vol yogique. Le tout, protégé par des gardes privés et de solides clôtures surmontées de fil de fer barbelé. De toute évidence, le « saint des saints » de Vlodrop, implanté au cœur même d’un Parc national, ne connaît donc guère la pratique des « Journées portes ouvertes ».

III. Le « Paradis » à portée de main en Belgique ?

Jusqu’il y a peu, la Belgique ne semblait guère avoir suscité l’intérêt du mouvement de Méditation transcendantale. Depuis quelques mois par contre, ses responsables belges cherchent à finaliser l’achat à grands frais d’un pré à Nil-Saint-Martin (Walhain). A première vue, l’attention particulière manifestée pour ce terrain peut surprendre. Il est en effet complètement enclavé et sa superficie relativement réduite (1ha65) semble peu propice à la concrétisation de l’un ou l’autre des avant-projets mis successivement en avant par le candidat acquéreur. Le dernier-né de ceux-ci évoque la construction « d’une colonie de maisons de 150 pièces destinées à héberger des experts qui couronneront la nation d’invincibilité ».

Cependant, tout donne à penser que Maharishi est séduite par la perspective de pouvoir étendre progressivement cette propriété par l’acquisition d’un ou plusieurs terrains contigus. Et en fonction même de l’intérêt porté par le mouvement aux lieux symboliques, le jeu en vaut bien la chandelle puisque le « Centre géographique de la Belgique » n’est éloigné que de quelques centaines de mètres et que la parcelle convoitée est située au lieu-dit « Le Paradis ». Pour une organisation qui ne cesse de promettre à ses adeptes le « Paradis sur terre », l’opportunité que lui offre Nil-Saint-Martin est donc bien une aubaine à ne laisser filer à aucun prix !

Au stade actuel du dossier et en l’absence surtout de tout projet déposé dans les formes légales, les autorités communales de Walhain se refusent à donner un chèque en blanc à cette organisation bien encombrante. Mais du côté des habitants, on n’a pas attendu le dépôt d’un projet pour clamer une opposition résolue à toute forme d’implantation de Maharishi, que ce soit sur le terrain convoité ou ailleurs. Compte tenu avant tout de son caractère sectaire, si souvent dénoncé. Mais compte tenu aussi des leçons qui peuvent être tirées des expériences parfois douloureuses vécues par ceux qui, dans d’autres pays, ont singulièrement manqué de vigilance quand il en était encore temps.

IV. Pour en savoir plus : quelques sites à consulter

1. Sites mis en ligne par Maharishi :

  1. - La « Reconstruction mondiale » : http://www.globalreconstruction.org/French/Index_Fr.html
  2. - La nouvelle Genève : http://www.worldpeace.ch/index_fr.html
  3. - Le « Paradis sur terre » : http://www.rajabuilders.ch
  4. - Une « Recommandation à nos dirigeants » : http://www.mt-geneve.ch/Architecture.htm

2. Pour une approche critique :

  1. - Les résistances dans le Jura suisse :  http://www.info-sectes.ch/mt-roth.html et http://www.info-sectes.ch/socialiste-jura.html
  2. - Destructions et résistances à Vlodrop (Pays-Bas) :  http://www.agpf.de/TM-Vlodrop.htm  et  http://www.roerstreekmuseum.nl/Ludwig

ET L’ARGENT DANS TOUT ÇA ?

I. Origine des fonds

Les fonds qui alimentent le trésor de Maharishi sont d’origines diverses. Rien cependant ne permet d’affirmer qu’ils se limitent à ceux qui sont cités ici. Et lorsqu’il s’agit de ceux-ci, les chiffres dont on dispose ne permettent guère de prendre la mesure exacte de la fortune de l’organisation.

1. Les formations

  1. - Formation de base à la M.T (de 8 à 10 heures, en 7 moments distincts) : 1802 €.
  2. - Formation de base à l’envol yogique (3 semaines) : 5335 €.
  3. - Formation proposée à « 300 jeunes gens » à Genève (1 an) : 15387 €.

2. Les séjours dans les Centres de santé et de bien-être Ayurveda

3. La commercialisation de certains produits

En Europe occidentale comme aux Etats-Unis, de nombreuses boutiques spécialisées dans la vente de produits censés contribuer à la santé et au bien-être proposent aujourd’hui des produits labellisés Ayurveda. Au vu de la forte croissance de la demande de ce type de biens dans les pays riches, on a évidemment toutes les raisons de penser que pour Maharishi, comme pour tant d’autres firmes commerciales ou organisations sectaires, ce créneau particulier ne manque pas de générer des profits considérables.

4. Les cotisations des adeptes et les dons

Dans ce domaine, l’opacité est quasi totale. Le montant des cotisations varie sans doute selon les pays et, surtout, selon le niveau de fortune des membres. Quant aux dons, les informations disponibles sont plus rares encore, tant pour ce qui concerne leur nombre que leur montant. Une indication précieuse cependant. En 2005, le mouvement a lancé en Suisse une vaste campagne destinée à rassembler les fonds jugés nécessaires à assurer l’ « invincibilité » du pays. A cette occasion, le raja Félix s’est adressé plus spécialement aux « nombreux milliardaires » que compte la Confédération. En suggérant même aux plus fortunés d’entre eux d’apporter à ce programme une contribution personnelle de l’ordre de 1.661.850 €. Il est vrai que jusqu’ici, il n’est pas certain que les milliardaires connus ou anonymes se soient bousculés au portillon.

II. Affectation des fonds

Les statuts de la Fondation Maharishi publiés au Moniteur belge en juin 2006 précisent sa raison sociale. Il s’agirait pour elle de contribuer à l’éradication de la misère et à l’éducation dans le Tiers Monde.

Tout donne à penser pourtant que cette déclaration de bonnes intentions est fort loin de correspondre aux véritables finalités du mouvement. A ce jour en tout cas, on cherche en vain toute trace significative du bilan dont Maharishi pourrait se flatter sur le terrain du développement. Certes, l’organisation à tenté à plusieurs reprises déjà de prendre une place au soleil dans certains pays du Sud (au Mozambique, en Zambie et au Surinam notamment). Mais à chaque fois, il s’agissait pour elle de chercher avant tout à s’emparer de la propriété de plusieurs milliers d’hectares de terres cultivables, voire même de s’assurer par ce biais le contrôle des gouvernements en place. En fait, et pour l’essentiel depuis que le gourou a quitté l’Inde pour s’installer aux Etats-Unis puis en Europe, Maharishi a quasi uniquement centré ses activités sur d’importantes opérations immobilières et commerciales. Et on voit mal, par exemple, en quoi les séjours fréquents des principaux responsables du mouvement dans des palaces ou leurs déplacement fréquents en limousines seraient de nature à contribuer à la suppression de la misère dans le monde.

Maharishi Mahesh Yogi n’est donc en aucun cas Mère Teresa ou l’abbé Pierre. Sa puissante organisation n’est pas davantage à confondre avec l’Unicef, MSF ou autres Iles de paix. Autant le savoir !

III. Des opérations monétaires douteuses

Qui ne se souvient de l’introduction de l’euro le 1er janvier 2002 et de la disparition simultanée des monnaies nationales dans la majorité des Etats de l’Union ? Par contre, rares sont certainement parmi les citoyens européens ceux qui connaissent l’existence d’une monnaie parallèle mise en circulation peu de temps après : le raam.

A l’origine du raam : Maharishi. C’est en effet en 2003 que, grâce à la complicité d’une grande institution bancaire, l’organisation de Méditation transcendantale a réussi à injecter la contre-valeur de 200 millions d’euros dans le circuit économique hollandais. Bien entendu, pareille opération ne pouvait se concevoir que dans la mesure où l’institution qui s’engageait à assurer l’échange des raams en euros (au taux de 1 euro pour 10 raams) disposât d’une garantie bancaire suffisante. Et la somme déposée à cette effet par Maharishi n’est pas mince: 320 millions d’euros !

Dans ce domaine cependant, le succès n’a guère été à la hauteur des espérances. Certes, dans les villages environnants le « saint des saints » de Maharishi à Vlodrop, nombreux furent au départ les commerçants qui acceptaient le raam. Mais quelques années plus tard, beaucoup plus clairsemées sont les devantures qui affichent fièrement la mention « Wij accepteren-We accept raam ». Et entre-temps, cette monnaie digne d’un monopoly n’a jamais réussi à faire une véritable percée ailleurs.

Quoi qu’il en soit, voilà bien une facette de Maharishi qui laisse perplexe. Et parmi toutes les questions qu’elle soulève, figure en bonne place celle-ci : comment les autorités financières européennes peuvent-elles tolérer l’existence et l’utilisation d’une monnaie que même la Banque nationale des Pays-Bas reconnaît être illégale ?

IV. Pour en savoir plus : quelques sites à consulter

Sites mis en ligne par Maharishi :

  1. - « Une couronne d’invincibilité pour la nation » (Suisse) : http://www.suisseinvincible.ch/
  2. - Le « Centre de santé » Ayurveda de Bas Ems (All.) : http://www.ayurveda-badems.de/francais/infothek/index.php#

Pour une approche critique :

  1. - « Le  Raja Kägi recrute à prix fort » (Suisse) : http://www.info-sectes.ch/mt.html
  2. - Le raam : http://users.skynet.be/wihogora/secte-lsoir-040203.htm

 

***