header
 
 

« Maharishi attaque la commune de Walhain »

 
C’est sous ce titre que La Dernière Heurea révélé dans son édition du 10 avril les derniers développements survenus dans la longue saga du projet d’implantation de l’organisation Maharishi à Nil-Saint-Vincent [1]. Une information qui a été relayée les jours suivants par d’autres médias, en particulier BelRTL et la RTBF [2].
 
Coucou, nous revoilà !

De quoi s’agit-il précisément ? A défaut de pouvoir détailler ici l’ensemble des éléments d’un dossier particulièrement complexe [3], on soulignera avant tout que l’information divulguée par la presse confirme bien que, à l’initiative de Maharishi, le Conseil d’Etat a été saisi d’un recours contre une décision de la commune de Walhain. Cette décision, contenue dans le Schéma de structure communal adopté à l’unanimité par le Conseil communal le 23 janvier 2012, vise à modifier le statut actuel du lieu-dit « Le Paradis » (Nil-Saint-Vincent). Elle le fait passer de zone agricole (Plan particulier d’aménagement, 1961) en zone agricole d’intérêt & eacute;cologique, comme tout le fond de vallée en amont et en aval du « Paradis ». Une modification qui ne serait pas sans conséquence pour Maharishi puisqu’elle rendrait quasi impossible la concrétisation de ses projets de construction sur le pré qu’elle y a acquis en 2007. Le recours introduit par l’organisation réputée sectaire vise donc à obtenir que cette disposition communale soit cassée puisqu’elle léserait  ses intérêts. On notera cependant qu’à ce stade de la procédure, le Conseil d’Etat n’a fait que se prononcer favorablement sur la recevabilité du recours.
 
Et demain ?

Pour l’heure, toute spéculation sur l’issue de cette affaire quant au fond est donc complètement prématurée. D’autant que le Conseil d’Etat aura encore à prendre connaissance des arguments dont peut se prévaloir la commune pour justifier les choix qui sont les siens. Par contre une chose est certaine, c’est que la vigilance citoyenne est plus que jamais de mise. En effet, preuve est faite désormais aussi à Nil-Saint-Vincent que c’est là où se manifeste de la résistance que Maharishi a recours à tous les stratagèmes susceptibles de lui permettre d’atteindre ses objectifs. Parmi ces stratagèmes, celui qui consiste à faire mine de sortir par la porte dans l’espoir de rentrer par les fenêtres[4]. Mais que tous les responsables de Mahar ishi pour la Belgique ne l’oublient pas : leur installation au « Paradis » de Nil, c’était NON hier, c’est NON aujourd’hui et ce sera NON demain. Et les Nilois seront prêts à le rappeler dans toutes les langues chaque fois que nécessaire.


[3] Pour avoir une vue plus complète de l’ensemble de ce dossier, voir www.sauveznil.be
[4] Un danger que nous mettions en avant dans notre lettre d’information n° 15, au moment où Maharishi annonçait via immoweb la mise en vente du terrain qu’elle avait acquis à Nil-Saint-Vincent. Voir www.sauveznil.be (lettre d’information n° 15, 8 mars 2010).